Blackmagic Design annonce Resolve 15 avec Fusion

**Collaboration spéciale**

Texte écrit par Mathieu Marano, coloriste chez CineGround

C’est maintenant une tradition. À 9h30, le lundi du NAB, Blackmagic Design ouvre avec la première conférence de presse du show. Tous les journalistes se précipitent à l’arrière de l’immense booth de Blackmagic et attendent patiemment l’arrivée du CEO, Grant Petty.

Ce matin, on s’y attendait, le dirigeant australien allait dévoiler la nouvelle version de DaVinci Resolve. La nouvelle avait été confirmée par l'immense bannière collée sur la façade du South Hall du Las Vegas Convention Center, vendredi dernier.

La mise à jour est massive et ne pouvait décevoir personne sauf peut-être quelques puristes qui se confinent dans leur chasse-gardée. Resolve 15 est tout ce que pouvaient demander le coloriste, le monteur, le mixeur, le truquiste et le motion designer.

 

Pour le son

Avec Resolve 14, l’équipe de développement avait fait un tour de force en intégrant la solution de mix Fairlight en seulement quelques mois. Il en fallu quelques-uns de plus pour stabiliser le monstre mais, du coup, Resolve devenait un solide compétiteur à ProTools dans le domaine du mix broadcast.

Avec Resolve 15, ils viennent finir le travail. D’abord ils ont ajouté quelques éléments de base qui manquaient comme la normalisation des niveaux, des outils de créations sonore, la compatibilité avec les instruments VSTi et les Fairlight FX. Cette nouvelle banque de filtres propriétaire permettent une foule de nouvelles fonctionnalités comme le denoise, des reverb, des oscillateurs et des outils spatiaux acoustiques. Ils ont aussi ajouté des accès pour pouvoir fouiller des banques de son rapidement.

Le plus gros ajout est sans doute le module ADR qui permet de préparer, d’enregistrer, synchroniser et de recaler les sessions de ré-enregistrement de voix. Il est possible d’importer les textes, de les préparer au timecode prêt et de donner au comédien des marqueurs visuels à même la page Fairlight.

Grant Petty, qui avait annoncé une version revampée des consoles Fairlight, a montré les concept sur écran. Les participants pouvaient voir le module de contrôle principal sur place.

Pour les monteurs

Les monteurs qui utilisent Resolve depuis quelques années ont reçu leur lot de nouveautés. D’abord, la gestion des timelines a été complètement revue. Il est maintenant possible d’ouvrir plusieurs timelines en même temps, de les superposer et de naviguer entre elles à l’aide d’onglets.

La gestion des marqueurs a été améliorée et permet de convertir des marqueurs avec durée en in/out.

Resolve permet maintenant d’importer ou de créer des pistes de sous-titre. Le nouvel outil SUBTITLE permet de créer une piste de sous-titre qui peut être rendu à même l’image, convertie en fichier .srt ou en fichier HTML5. Il est aussi possible d’importer de tels fichiers et de les recaler avec les nouveaux outils.

Pour les longues sessions d’approbation, il sera désormais possible de faire des annotations sur l’image directement.

Resolve méritait aussi un nouvel outil de texte et il n’est pas en reste. Le nouveau titreur (Text+) permet de créer et d’animer des textes avec précision et son rendu est impeccable.

En plus, il sera maintenant possible d’utiliser des templates de texte animés. Ceci, bien sûr, est rendu possible avec l’intégration de Fusion.

 

Et des effets en plus

Voilà, c’est fait! Après plus de deux ans de travail, les ingénieurs ont réussi à intégrer la solution de compositing 3D Fusion à DaVinci Resolve. Fusion a maintenant son onglet à lui entre l’onglet de montage EDIT et l’onglet d’étalonnage COLOR. Ceci ouvre une tonne de possibilités pour les utilisateurs et les boîtes de postproduction.

Si vous ne connaissez pas Fusion, cet outil de compositing nodal permet de faire du chroma key, de la rotoscopie, de rendre des objets 3D, de créer des textes animés et des particules de façons dynamique dans un environnement 3D avec caméras, éclairage et tout ce qui vient avec.

Les monteurs pourront faire facilement des keys, les monteurs de finition pourront effacer les perches et les plaques d’auto et les motion designers pourront faire des animations de graphiques dans le même logiciels.

En plus, il est possible de créer des templates de titres animés pour que les monteurs n’aient qu’à les glisser sur le timeline et change le nom et la couleur dominante. Aussi simple à utiliser qu’un titreur standard mais aussi versatile que le plus puissant des outils graphiques.

Avec cet ajout majeur, Resolve vient maintenant jouer sur le terrain de Nuke Studio et Flame.

 

N’oublions pas les coloristes!

Les coloristes se sentent souvent oubliés lors de telles annonces. Leurs outils d’étalonnage prennent de moins en moins de place au coeur de ce colosse qu’est devenu Resolve 15 mais je peux vous dire que ce n’est qu’une impression. Une tonne de nouveautés significatives ont été annoncées tant au niveau du traitement de l’image qu'au niveau de l’efficacité du travail.

Pour la gestion des looks, on note l’ajout d’une banque visuelle pour les LUT. Il est aussi possible d’aller chercher des grades dans d’autres projets sans avoir à importer les grades.

Les qualifiers peuvent maintenant être ajustés sur le UI avec la souris et ont reçu de nouveaux ajustements de matte.

Le node graph affiche maintenant des indications plus précise et il est possible de cacher le thumbnails des nodes pour qu’elles prennent moins de place dans le graphique. Aussi, le “Share node” permet maintenant d’ajuster plusieurs clips en même temps sans avoir à passer par les pre/post groups. Un peu comme une node en mode ripple continuel.

On note aussi un bon nombre de nouveaux Resolve FX. Blackmagic fait revivre l’outil de restauration de film REVIVAL en incluant plusieurs de ses fonctionnalités (dust buster, deflicker, patch replacer…). Plusieurs effets optiques ont aussi été ajoutés.

Côté HDR, les développements sont majeurs. Il est maintenant possible d’analyser et d’encoder des masters DolbyVision et HDR10+ directement avec Resolve 15. Même qu’il inclut une version logiciel du dispendieux processeur CMU de Dolby qui permet de sortir des versions HDR et SDR en même temps.

Le manuel fait aussi mention d’outils VR mais ils ne sont pas présents à cette étape du beta.

Les livraisons

Même la page DELIVER a eu d’importants ajouts. Il sera possible de lire et d’exporter des DCP non-encryptés avec la version STUDIO de Resolve 15 grâce au support du Kakadu JPEG2000. Comme ce format est aussi celui demandé pour Netflix, il y aura aussi un preset pour exporter des IMF compatibles Netflix. Notez que pour les DCP encryptés, il faudra toujours payer le plugin easyDCP.

Disponibilité

Le beta de Resolve 15 est déjà disponible sur le site de Blackmagic Design. Les prix n’ont pas changés malgré les énormes ajouts. Donc DaVinci Resolve 15 est toujours gratuit et DaVinci Resolve Studio 15 est encore 299$US. Si vous avez une licence de Resolve studio ou de Fusion Studio, vous pouvez passer gratuitement à la version 15.

 

Pour télécharger Resolve 15: https://www.blackmagicdesign.com/support/family/davinci-resolve-and-fusion

Le guide d’installation: http://documents.blackmagicdesign.com/DaVinciResolve/20180407-79c607/DaVinci_Resolve_15_Configuration_Guide.pdf

La liste complète des nouveautés: https://www.blackmagicdesign.com/manuals/DaVinciResolve/DaVinci_Resolve_15_New_Features_Guide.pdf

Comparaison entre les différentes versions: https://www.blackmagicdesign.com/manuals/DaVinciResolve/DaVinci_Resolve_15_Feature_Comparison.pdf

Les codecs supportés: https://www.blackmagicdesign.com/manuals/DaVinciResolve/DaVinci_Resolve_15_Supported_Codec_List.pdf

Les commentaires sont fermés.